Chief Weakness as Wheel of the Mind

Trait principal

Le talon d’Achille de la psychologie humaine

Trait principal

Le talon d’Achille de la psychologie humaine

Gurdjieff in Kashgar

Gurdjieff à Kashgar (début des années 1900)

La IVème partie du Chercheur de vérité raconte un moment d’impasse dans le développement de Gurdjieff. Après une décennie de recherche de la vérité, il en est venu à réaliser la valeur du souvenir de soi – conserver le sentiment que « je suis ici » toujours et partout – mais il ne peut pas le faire. Il se rend compte qu’à moins de trouver quelque chose qui le lui rappellerait constamment, le flux des associations mentales lui fera toujours oublier. Il se rend compte qu’un tel réveil ne peut venir que de l’intérieur, en sacrifiant une caractéristique essentielle de sa psychologie. « La question se pose, conclut-il, de savoir ce que contient ma présence générale qui, si je la retirais de moi, me rappellerait toujours à moi-même.” i

Notre psychologie se prête à un tel sacrifice. Bien que nous soyons une multiplicité de cerveaux avec une multiplicité d’impulsions, toutes convergent en un seul point. « Nos émotions habituelles, notre façon de penser, ce que nous inventons, expliquait Peter Ouspensky, tournent tous autour d’un axe et cet axe est le trait principal. Attribuez une alarme à cet axe et vous disposerez d’une horloge qui vous rappellera à l’ordre à chaque instant.”

Gurdjieff in Kashgar

Gurdjieff à Kashgar (début des années 1900)

Gurdjieff au Tibet

C’est au cours de son séjour de deux ans au Tibet, en 1902-1904, que Gurdjieff prend conscience de la nécessité d’un facteur de rappel permanent. Lors d’un affrontement entre deux tribus, il est blessé par une balle perdue et passe quelques mois en convalescence. Sous l’effet de la douleur, il examine ses efforts pour appliquer ce qu’il a appris dans sa recherche de la vérité jusqu’à présent, et il est profondément déçu.

Ici, au Tibet, Gurdjieff se serait probablement familiarisé avec un enseignement qui dépeint la psychologie humaine comme une roue avec une caractéristique principale à son essieu : la roue tibétaine de la vie. Cette présentation a été faite par le fondateur du bouddhisme lui-même, Gautama Bouddha. Lors de son premier sermon à Varanasi, dans le nord de l’Inde, il aurait dessiné sur le sable une roue illustrant la racine de l’ignorance et de la souffrance humaines : le cycle du samsara. Cette leçon est connue sous le nom de « Roue de la Loi » et la roue est devenue le symbole de l’enseignement du Bouddha.

La roue de la vie

Un tankha tibétain du XIXe siècle représente la roue du Dharma deux millénaires et demi après que Bouddha l’a dessinée sur le sable. Telle une boule de neige, la roue a accumulé couches sur couches. L’impression la plus frappante de cette composition est celle de Yama, le seigneur de la mort, rouge et féroce, qui étreint la roue avec ses jambes, ses bras et ses dents. Quelle que soit la vie humaine, elle est encadrée et éclipsée par la mort.

La roue psychologique du Bouddha est composée de quatre cercles concentriques. Le premier est un moyeu qui porte trois animaux sur un fond rouge. Le deuxième montre huit moines qui montent et descendent. Le troisième est divisé en six mondes densément peuplés. Enfin, le quatrième crée le bord avec douze scènes ovales. En examinant le trait principal, notre préoccupation première dans cette roue est son moyeu.

Wheel of Dharma

Roue du Dharma

Wheel of Dharma

Roue du Dharma

L’avidité, la colère et l’ignorance

« Les personnes assaillies par le désir tournent en rond, comme un lièvre pris dans un filet. C’est pourquoi le moine qui désire se libérer de la passion doit abandonner le désir », dit le Dhammapada. Et en effet, nous trouvons le désir au centre de la roue tibétaine de la vie. Au centre de la roue figurent un coq, un cochon et un serpent, qui représentent respectivement le désir, l’ignorance et la haine, toujours en train de se pourchasser. Ce sont les trois traits qui font tourner la roue de la vie inconsciente. Celui qui veut arrêter de « tourner en rond » doit les défier. Ce cycle visqueux reflète directement son équivalent dans la psychologie humaine. La caractéristique principale d’une personne est telle qu’elle ne peut jamais être apaisée. Elle tourne en rond sans fin, alimentant toute la psychologie de l’individu.

La psychologie humaine est composée de plusieurs couches, tout comme la roue tibétaine. Nous devons d’abord éplucher les couches extérieures avant d’atteindre l’axe. Il faut une observation approfondie de soi-même et des autres pour comprendre le principe du défaut principal. En fin de compte, il est considéré comme une faiblesse, non pas parce qu’il s’agit nécessairement d’un mauvais trait de caractère en soi. En effet, le trait principal peut souvent être apparemment noble : une autodiscipline rigoureuse, un profond désir de justice morale ou une inclination à prendre en compte les besoins des autres. Ce qui en fait notre principale faiblesse, c’est la relation que nous entretenons avec lui. C’est le dernier attribut de notre identité illusoire que nous sommes prêts à abandonner. Nous en sommes fiers, nous nous battons pour le maintenir en vie et nous saisissons toutes les occasions de le manifester.

« En réfléchissant et en réfléchissant, poursuit Gurdjieff en examinant son travail intérieur, je suis arrivé à la conclusion que si je cessais intentionnellement d’utiliser le pouvoir exceptionnel que je possède… de télépathie et d’hypnotisme… alors, sans aucun doute, son absence serait toujours et en toute chose ressentie. »i

Catégorisation des trait principaux

[GURDJIEFF] « Un homme ne peut pas trouver son propre trait de caractère, son principal défaut, par lui-même. C’est pratiquement une loi. Le professeur doit lui indiquer ce trait et lui montrer comment le combattre. Personne d’autre que l’enseignant ne peut le faire ». iii

Certains enseignements, comme la Roue Tibétaine de la Vie, traduisent la mécanique générale de la psychologie humaine. D’autres visent à clarifier des aspects spécifiques de cette mécanique. L’un de ces enseignements, datant du Moyen Âge, se concentre sur le moyeu de la roue en catégorisant les traits principaux qui l’animent. Cet enseignement s’inspirait d’anciennes écoles philosophiques qui établissaient une corrélation entre le comportement humain et les influences planétaires ou, en d’autres termes, qui cartographiaient la psychologie humaine de manière astrologique.

Lunatic Feature

Lunaire

Mercurial Feature

Mercurien

Martial Feature

Martial

Solar Feature

Solaire

Les types planétaires

Les influences planétaires les plus dominantes sur la psyché humaine étaient considérées comme étant les sept luminaires célestes les plus visibles à l’œil nu : Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter et Saturne. Chacun était associé à un caractère ou type psychologique spécifique, et chaque type à une caractéristique principale correspondante. Bien qu’il n’ait plus cours aujourd’hui, cet enseignement a exercé une grande influence à son époque et a fait entrer dans la circulation littéraire des termes tels que « lunaire », « mercuriel », « vénusien », « martial », « jovial » et « saturnien », que l’on retrouve dans des œuvres grand public telles que les écrits de Cervantès et les pièces de Shakespeare.

Le cadre des types planétaires nous aide à voir notre caractéristique principale en décrivant un ensemble de caractéristiques que nous sommes susceptibles d’avoir. Une fois que nous avons compris la théorie, nous pouvons, avec le temps et le travail intérieur, faire correspondre cette théorie à l’observation pratique. Bien que nous ayons du mal à voir la plaque tournante qui alimente notre psychologie, elle est évidente pour tous ceux qui nous entourent. Nos amis et notre famille savent si nous sommes obsédés par nous-mêmes, même s’ils ne savent pas appeler cela de la vanité. Ils savent que nous perdons constamment de vue l’ensemble en nous attachant aux détails, bien qu’ils ne sachent peut-être pas qu’il s’agit d’un comportement lunaire. Ils savent si nous disparaissons généralement dans la foule, bien qu’ils ne sachent peut-être pas qu’il s’agit de l’inexistence du type vénusien. Ils savent que nous sommes des maniaques du contrôle, bien qu’ils ne sachent peut-être pas qu’il s’agit d’une domination saturnienne. « Il est parfois utile de recueillir l’opinion de ses amis sur soi-même, disait Peter Ouspensky, car cela aide souvent à découvrir ses caractéristiques…. ».

[GURDJIEFF] « L’étude du défaut principal et la lutte contre celui-ci constituent, pour ainsi dire, le chemin individuel de chaque homme, mais le but doit être le même pour tous. Ce but est la réalisation de son propre néant. Ce n’est que lorsqu’un homme sera parvenu à la conviction réelle et sincère de son impuissance et de son néant, et qu’il le ressentira constamment, qu’il sera prêt pour les étapes suivantes, beaucoup plus difficiles, de l’œuvre. » iii

Venusian Feature

Vénusien

Saturnine Feature

Saturnien

Jovial Feature

Jovial

Obstacles à la détection du trait principal

Peter Ouspensky

Peter Ouspensky

Gurdjieff Teaching

George Gurdjieff

[PETER OUSPENSKY] « Chaque fois que quelqu’un n’était pas d’accord avec la définition de son trait principal donnée par Gurdjieff, celui-ci disait toujours que le fait que la personne ne soit pas d’accord avec lui montrait qu’il avait raison. » iii

La première couche de résistance est notre réticence à être catégorisé. Nous nous sentons tous spéciaux à notre manière, et la perspective que nos traits les plus profonds découlent d’un nombre fini de caractéristiques réduit cette illusion à néant. Si nos personnages ne diffèrent que par le mélange des caractéristiques qui les animent et par les expériences de vie quelque peu accidentelles qui se gravent dans notre mémoire, alors rien en nous n’est unique. Notre capacité à considérer le trait principal comme le pivot de notre psychologie dépendra de notre capacité à reconnaître que nous n’avons pas d’individualité, que nous sommes des êtres empruntés, créés en apparence différents par la force des circonstances.

[THOMAS DE HARTMANN] « Dès les premiers jours, M. Gurdjieff nous a parlé de cette faiblesse principale. La voir et la réaliser est très douloureux, parfois insupportable… Un homme doit trouver en lui la force de ne pas fuir cette douleur, mais de tendre hardiment l’autre joue – c’est-à-dire d’écouter et d’accepter d’autres vérités sur lui-même. » iv

Peter Ouspensky

Peter Ouspensky

Gurdjieff Teaching

George Gurdjieff

En acceptant notre manque d’individualité, nous surmontons le premier obstacle et en rencontrons un second : notre incapacité à nous observer. La caractéristique principale est stimulée dans l’instant et déclenche des attitudes qui se manifestent dans l’instant. C’est lorsqu’elle est la plus active que nous la voyons le mieux, mais c’est aussi lorsqu’elle est la plus active que nous sommes le plus aveuglément endormis. Un commentaire désinvolte d’un passant, la prise de conscience que nous serons en retard pour une réunion importante, la frustration de voir nos plans s’effondrer, tout cela déclenche en nous des réactions directement liées à nos caractéristiques principales. Pour les observer, nous devons développer un observateur distinct d’eux. Nous devons apprendre à voir en temps réel.

Notre capacité croissante à nous observer nous place devant un troisième obstacle : la sous-estimation de la profondeur du trait principal. N’aimant pas ce que nous voyons, nous sommes tentés de supprimer ce que nous voyons. Nous nous empressons d’arracher les mauvaises herbes sans nous soucier de leur racine. Mais comme le trait principal ne peut être enlevé sans endommager notre psychologie – comme le moyeu d’une roue ne peut être enlevé sans endommager la roue – le trait principal entreprend inévitablement un travail sur le trait principal. La personne qui a un trait de vanité interprète ce diagnostic comme signifiant qu’elle doit éliminer la vanité et devenir parfaite ; celle qui a un trait de domination cherche à dominer son trait ; celle qui a un trait de puissance cherche à prendre le pouvoir dessus. Ainsi, le serpent se mord la queue et nous continuons à tourner mécaniquement autour du même nœud psychologique.

Cette révolution sans issue, qui nous ramène toujours au même point de départ, finit par nous révéler notre trait principal, ainsi que l’humilité nécessaire pour travailler avec lui en conscience.

[BENNETT] « Enfin, j’ai commencé à comprendre quelque chose. Gurdjieff m’imposait des exigences de plus en plus grandes. Certaines étaient absurdes, voire impossibles. J’ai enfin compris que je pouvais et devais apprendre à dire « non ». Ce fut comme une lumière aveuglante. L’incapacité de dire « non » était ma plus grande faiblesse. Il avait poussé cette faiblesse jusqu’au point de rupture, sans expliquer pourquoi, ni ce qu’il faisait. Bien sûr, il ne pouvait pas expliquer, sinon la tâche elle-même aurait disparu. » v

A suivre…

Thomas de Hartmann

Thomas de Hartmann

John Bennett

John Bennett

Thomas de Hartmann

Thomas de Hartmann

John Bennett

John Bennett

La trait de caractère principal comme talon d’Achille

Injured Achilles

Achille blessé | Peter Paul Rubens

L’une des représentations les plus connues de la faiblesse du trait de caractère principal est représentée dans le mythe grec d’Achille.

La mère d’Achille, la déesse Thétis, l’immerge dès son enfance dans le Styx, en le tenant par la cheville. Les eaux magiques le rendent invulnérable partout où elles touchent son corps, c’est-à-dire partout sauf dans la zone couverte par la main de la déesse. En conséquence, Achille devient pratiquement invulnérable, seul son talon restant exposé aux attaques humaines.

L’emplacement de cette vulnérabilité est significatif. Physiquement, nous percevons le danger grâce à nos cinq sens. Quatre d’entre eux sont situés sur notre tête, tournés vers l’avant : les yeux, le nez, la bouche et les oreilles. Le talon est la partie de notre corps la plus éloignée de notre visage, de nos sens et, par conséquent, de notre surveillance. Tout ce qui s’approche de nous par le talon ne peut que nous prendre au dépourvu.

Cette vulnérabilité physique d’Achille correspond à l’angle mort psychologique de la caractéristique principale. La cécité est une caractéristique fondamentale du trait principal. « On ne peut presque jamais trouver sa propre caractéristique principale », a déclaré Peter Ouspensky, « parce qu’on est dedans, et si on nous le dit, on ne le croit généralement pas ». [link]  Aveugle à ce qui détermine notre propre conduite, nous restons aveugles à nos traits les plus profonds, à moins que quelqu’un d’autre ne nous les montre. Et en effet, Achille est finalement tué à cause d’une blessure à cet endroit précis, lorsqu’une flèche lui transperce le talon.

Injured Achilles

Achille blessé | Peter Paul Rubens

Arrow Pierces Achilles Heel

Achille | Détail de la flèche

Arrow Pierces Achilles Heel

Achille | Détail de la flèche

Hercules Fighting the Hydra

Hercule combattant l’hydre

Une blessure au talon est forcément douloureuse, mais elle n’est pas mortelle. Ce qui rend la flèche qui tue Achille mortelle, c’est le poison. Elle est trempée dans le sang de l’hydre, un monstre mythologique ressemblant à un serpent à plusieurs têtes. Ce monstre est lui aussi lié à la caractéristique principale, car il est doté de la particularité que si l’une de ses têtes est coupée, deux autres sortent de la plaie fraîche. L’image d’une infinité de têtes qui sortent d’un seul corps fait écho au principe de la caractéristique principale, un moyeu d’où partent tous les rayons de notre psychologie.

Hercules Fighting the Hydra

Hercule combattant l’hydre

Faiblesse principale et force principale

Nous avons commencé notre étude de la caractéristique principale par la prise de conscience de Gurdjieff qu’il devait formuler un effort autour du centre de sa psychologie. Il s’est demandé : « Qu’y a-t-il dans ma présence générale qui, si je l’enlevais à moi-même, me rappellerait toujours à moi-même?”i

« Réfléchissant et réfléchissant, poursuivit Gurdjieff, j’arrivai à la conclusion que si je cessais intentionnellement d’utiliser mon pouvoir exceptionnel… de télépathie et d’hypnotisme… alors, sans aucun doute, son absence se ferait toujours et en toute chose sentir. » [lien] Ces pouvoirs, manifestement avantageux dans la vie quotidienne, s’étaient révélés désavantageux pour le travail pour Travail intérieur de Gurdjieff. Ce qu’il avait toujours considéré comme une force s’est avéré être une faiblesse. « Grâce principalement à mon inhérence, poursuit Gurdjieff, j’ai été gâté et dépravé jusqu’à la moelle, de sorte qu’il est fort probable que je le resterai toute ma vie. » i

Le paradoxe selon lequel un trait de notre psychologie serait à la fois une force et une faiblesse est le sceau de la caractéristique principale et constitue la base du christianisme ésotérique.

God creates Vegetation

Dieu crée la végétation | San Marco

God commands Adam and Eve

Dieu commande à Adam et Ève | San Marco

Le trait principal dans le christianisme ésotérique

Dans le livre de la Genèse, Dieu crée un paradis et le peuple de plantes et d’animaux. Il en confie la garde à Adam et Ève. Ils peuvent jouir du Paradis à condition d’éviter les fruits de l’arbre de vie et de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le serpent les incite à enfreindre ce commandement, ce qui provoque leur chute.

Outre la perte du Paradis, toutes les parties impliquées dans ce crime reçoivent une punition personnelle : Adam est maudit et devra travailler pour trouver du pain jusqu’à la fin de sa vie ; Ève devra souffrir en mettant au monde des enfants ; le serpent devra ramper sur son ventre. Au serpent, Dieu dit : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; elle t’écrasera la tête, et tu lui écraseras le talon.

God commands Adam and Eve

Dieu commande à Adam et Ève | San Marco

Temptation

Tentation | San Marco

God creates Animals

Dieu crée les animaux | San Marco

Temptation

Tentation | San Marco

Adam and Eve (Kremlin)

Adam et Ève | Kremlin

TLa mention du talon – le point aveugle si central dans le mythe d’Achille – pourrait être considérée comme une coïncidence, si ce n’est que les représentations chrétiennes orthodoxes de cette scène le mettent en évidence de manière incontestable. Dans leurs représentations du jugement dernier, Adam et Ève sont montrés accroupis devant le Christ, le juge, implorant le pardon pour le péché qu’ils ont commis en croquant le fruit défendu. Un grand serpent s’apprête à tirer Adam jusqu’à l’enfer, si Adam ne fait pas attention à son talon, car c’est là que se dirigent les crocs du serpent.

L’histoire biblique de la chute de l’humanité prépare le terrain pour sa rédemption. Grâce à un travail conscient (la punition d’Adam) et à une souffrance volontaire (la punition d’Ève), le Paradis peut être regagné. Considérée dans son ensemble, l’histoire de Jésus – qui travaille et souffre et finit par payer le prix ultime du sacrifice de soi – rachète le Paradis, transformant la faiblesse de la caractéristique principale en une force.

De cette manière, le christianisme ésotérique établit la théorie du renoncement à la caractéristique principale, mais il appartient à chaque individu de traduire cette théorie en pratique. Comme le trait principal diffère d’une personne à l’autre, son sacrifice doit aussi être différent. Il faut d’abord se débarrasser de l’aveuglement, découvrir le nœud de sa psychologie par une observation approfondie de soi. Ensuite, il faut en voir et en subir les conséquences de manière répétée. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’on aura la connaissance et la volonté nécessaires pour y renoncer.

[GURDJIEFF] « Dès que je réalisai le sens de cette idée, j’étais comme réincarné; je me suis levé et j’ai commencé à courir partout…sans savoir ce que je faisais, comme un jeune veau. Tout s’est terminé ainsi, que j’ai décidé de faire le serment… de ne jamais plus faire usage de cette qualité qui est la mienne. » vi

Adam and Eve (Kremlin)

Adam et Ève | Kremlin

Serpent (Kremlin)

Détail du serpent mordant le talon d’Adam

Serpent (Kremlin)

Détail du serpent mordant le talon d’Adam

Sources

  1. La vie n’est réelle que lorsque « je suis » par George Gurdjieff
  2. La Quatrième Voie par Peter Deminaovich Ouspensky
  3. Fragments d’un enseignement inconnu par Peter Deminaovich Ouspensky
  4. Notre vie avec M. Gurdjieff par Thomas and Olga de Hartmann
  5. Témoignage par John Godolphin Bennett

En 2022/24, BePeriod va créer un documentaire complet sur George Gurdjieff

George Gurdjieff

Partie I:
Gurdjieff

Gurdjieff on the Three Brains
Gurdjieff on the Three Brains

Partie III:
L’École

Gurdjieff on the Three Brains

Partie IV:
Initiation

Esotericism shown in a Tibetan Mandala