George Gurdjieff

Les groupes Gurdjieff

A quoi ressemblerait un groupe Gurdjieff aujourd’hui ?

Les groupes Gurdjieff

A quoi ressemblerait un groupe Gurdjieff aujourd’hui ?

Les personnes qui partagent un but commun gravitent naturellement les unes vers les autres. Les groupes Gurdjieff sont formés par des personnes qui partagent une valorisation de son enseignement et qui décident d’appliquer ses idées en commun. Ils peuvent être différents à tous autres égards, comme Gurdjieff lui-même l’a décrit dans ses propres groupes dans les années 1920 : « Ici, il n’y a ni Russes, ni Anglais, ni Juifs, ni Chrétiens, mais seulement ceux qui poursuivent un seul but : être capable d’être.” i Les soufis se réunissent pour étudier avec un cheikh, les moines chrétiens avec un abbé, les Tibétains avec un lama et les juifs avec un rabbin. Les groupes Gurdjieff ne sont pas différents, car ils reconnaissent que le travail de groupe accélère les progrès individuels.

Une raison évidente à cela est l’accès à l’expérience collective de tous les membres. « Un homme commence à accumuler du matériel résultant de l’auto-observation », disait Gurdjieff. « Vingt personnes auront vingt fois plus de matériel. ii Une autre raison est la plus grande probabilité de rester objectif. Les individus, qui pourraient facilement se tromper eux-mêmes s’ils étaient laissés à eux-mêmes, ont plus de mal à persuader les autres d’adhérer à leurs opinions subjectives.

Un avantage moins évident (mais non moins important) du travail en groupe est le défi que représente l’association avec les autres : servir leurs besoins, supporter leurs manifestations désagréables et apporter de l’harmonie aux inévitables désaccords. Dans la Quatrième Voie, ces aspects font partie intégrante de tous les exercices pratiques. « Il faut comprendre la nécessité de travailler avec les gens », disait Peter Ouspensky. « Vous devez comprendre que les personnes que vous rencontrez ici vous sont aussi nécessaires que le système lui-même’’. iii Surmonter les obstacles inhérents au travail de groupe devient une partie inséparable de l’expérience du travail intérieur. Il constitue une deuxième ligne de travail qui s’appuie sur la ligne de travail personnelle et la renforce.

Le travail de groupe suppose un organisateur, un aîné expérimenté qui connaît les subtilités de la dynamique de groupe. Dans le cas de la Quatrième Voie, il suppose aussi une tâche. « Les groupes doivent être liés à un but, explique Gurdjieff. Ce but, qu’ils servent, est le principe d’équilibre nécessaire à leur propre travail. Tout au long de sa carrière d’enseignant, les groupes de Gurdjieff ont toujours entrepris de telles tâches, telles que des excursions prolongées sur des sites anciens, des représentations de danses anciennes, ou des travaux physiques sur le bâtiment et les jardins du château de Prieure. Par conséquent, les efforts personnels de chaque élève constituent sa première ligne de travail ; les défis du travail en commun constituent une deuxième ligne de travail ; et la tâche extérieure à laquelle leurs efforts sont attelés introduit une troisième ligne de travail.

Le travail de groupe dans BePeriod

BePeriod Members in Israel
Membres de BePeriod | Israël 2018

Lorsque j’ai créé BePeriod, j’étais curieux de savoir si ces principes pouvaient être intégrés dans une communauté en ligne. Le fait que l’école devait être en ligne allait de soi ; une école de la quatrième voie doit s’adapter à l’époque dans laquelle elle fonctionne, et le 21e siècle est certainement l’ère de la connectivité numérique. Mais comment faire en sorte qu’un groupe Gurdjieff, dont les membres viennent de pays, de cultures et d’horizons différents, reste sur la même longueur d’onde ? Comment éviter les disputes chroniques et la confusion des langues qui caractérisent le monde en ligne ?

BePeriod French Group

Communications du groupe BePeriod

The Old New Method
Membres de BePeriod | Concert d’orgue | Paris 2018
BePeriod Members Angkor Wat
Membres de BePeriod | Angkor 2022

La clé réside dans la revitalisation de l’enseignement. Les groupes Gurdjieff se sont souvent limités à la littérature et aux mouvements de Gurdjieff, essayant de rester proches de son héritage. Cette approche peut également conduire à un conservatisme pesant. Pour contourner ce problème, nous avons dû trouver une nouvelle façon d’aborder les idées de Gurdjieff, et nous avons choisi de le faire en explorant leur origine. Chaque événement en ligne visait à couvrir l’une de ses idées principales, tout en invitant le groupe à étudier son origine dans les textes et l’imagerie anciens. Cela a permis d’introduire l’élément de découverte nécessaire, qui fait défaut dans une approche plus conservatrice. En outre, nous avons intégré un programme annuel appelé Les travaux du mois, qui complétait le support numérique immatériel avec l’imagerie tangible de l’agriculture. Chaque mois était caractérisé par un travail agricole symbolique, qui donnait le ton au travail du groupe pendant le mois en question.

Les premiers résultats en ligne étaient prometteurs et les membres ont rapidement exprimé leur désir de se rencontrer en personne. Nous avons commencé à nous réunir deux fois par an dans des destinations en rapport avec notre enseignement : Italie, Israël, Égypte, France, Asie du Sud-Est, etc. Ces destinations offraient aux étudiants une expérience de première main avec les traces des écoles passées, ainsi que le début de ce qui allait devenir des liens personnels profonds entre eux. En fin de compte, la Quatrième Voie se réalise dans la vie, ce qui signifie que les groupes Gurdjieff ne peuvent pas se permettre d’être monastiques. Après avoir passé une riche semaine ensemble, il est tout à fait logique que chaque membre retourne dans les circonstances de sa vie et relève le défi d’appliquer ce qu’il a appris dans son environnement quotidien.

[COLLIN] [Le travail de groupe Gurdjieff] ne signifie pas que vous devez voir les autres membres de votre groupe tous les jours, ni même que vous devez vivre à moins de mille kilomètres d’eux. Cela signifie que vous devez être intérieurement et organiquement connecté avec eux et avec la force qui les dirige. Il est vrai que vous devrez peut-être, pendant un certain temps, travailler très intimement et physiquement avec eux, afin que ce lien intérieur se renforce. Mais une fois qu’il est établi, vos fonctions peuvent vous conduire dans des lieux tout à fait différents sans qu’il soit affaibli en aucune façon. iv

The Old New Method
BePeriod Members Egypt
Membres de BePeriod | Performance de la Conférence des Oiseaux | Egypte 2019

Deuxième ligne de travail dans les groupes Gurdjieff

Le bénéfice de l’expérience collective

[GURDJIEFF] L’échange d’observations est l’un des buts de l’existence du groupe. ii

Chaque membre d’un groupe Gurdjieff se trouve naturellement dans des circonstances de vie différentes, qui constituent la toile de fond de leur travail intérieur. Une personne peut élever une famille, une autre être confrontée à des défis professionnels, et une troisième soigner un parent. Ces différents défis exercent des pressions différentes sur le travail intérieur de chaque membre du groupe et, à leur tour, donnent lieu à des compréhensions différentes. En partageant leurs observations, chaque membre du groupe bénéficie de l’expérience collective. La vie est trop courte pour que nous puissions tout expérimenter. Le travail de groupe résout cette impossibilité en nous exposant à l’expérience collective. En effet, grâce à cette exposition, les groupes Gurdjieff accélèrent le développement de leurs membres.

Au départ, nous avons tendance à considérer nos forces et nos faiblesses comme tout à fait uniques. L’échange d’observations dans le travail de groupe révèle que c’est une illusion. Nous entendons un membre parler de paresse, un autre de son incapacité à s’arrêter de bouger, un troisième de sa peur de parler en public et un quatrième de son incapacité à résister aux paroles inutiles. Nous nous rendons compte que ce que nous observons en nous-mêmes existe à un degré plus ou moins grand chez tous ceux qui nous entourent. Nous commençons à comprendre que nos faiblesses et nos forces ne sont pas des choses dont nous devons avoir honte ou dont nous devons être fiers. Cela prépare le terrain pour se désidentifier d’eux.

[COLLIN] Tout le monde a besoin de compagnons. Qu’il rejoigne un groupe formel de ceux qui ont connu Ouspensky, Gurdjieff ou Nicoll est une autre question. Mais il a besoin de la compagnie de ceux qui s’efforcent de suivre le même chemin. Car ces vérités sont trop difficiles à déchiffrer pour un homme seul. Il doit trouver d’autres personnes avec lesquelles il peut échanger son expérience et sa compréhension, partager ses expériences. iv

BePeriod Members Shadow Puppets
Membres de BePeriod | Préparation des marionnettes du théâtre d’ombres | Hollande 2023

Harmonie et dysharmonie dans le travail de groupe

Gurdjieff a parlé de types planétaires fondamentaux qui régissent la psychologie de chaque personne. Une personne est mercurienne, une autre lunaire, une troisième saturnienne, et ainsi de suite. Ces types d’essence, et leurs caractéristiques principales correspondantes, sont si profondément ancrés dans notre psychologie qu’ils nous amènent invariablement à interpréter le travail intérieur à travers une lentille subjective. Le mercurien interprète le travail comme le fait de ne jamais être surpris en train de dormir; le lunaire l’interprète comme le fait de résister à la mécanicité ; le saturnien l’interprète comme le fait de dominer ses habitudes. Ces interprétations sont si subtiles que nous ne nous rendons même pas compte que nous les faisons. Nous supposons, dans notre aveuglement, que notre interprétation est partagée par tous les autres, jusqu’à ce que nous soyons exposés au travail de groupe. « Dans un groupe bien sélectionné, c’est précisément la variété des types et la nécessité d’inclure et de concilier tous les points de vue particuliers qui ouvrent la voie à de nouveaux horizons », disait Rodney Collin. iv .

À cet égard, les désaccords d’un groupe sont aussi bénéfiques que ses interactions harmonieuses et constructives. Lorsque deux membres d’un groupe sont en désaccord, il s’agit toujours d’un choc de points de vue subjectifs différents, de deux caractéristiques qui s’affrontent. Ces malentendus sont la norme dans la vie quotidienne, ce qui lui vaut le nom de « cercle de la confusion des langues ». Dans un groupe Gurdjieff, les membres ont la possibilité de dépasser ces désaccords, car ils sont conscients de leur propre subjectivité. Dans un tel environnement, la compréhension n’est pas une question de domination d’une caractéristique sur une autre, mais de compréhension par un membre de la possibilité qu’un autre regarde les choses d’un point de vue différent et tout aussi subjectif.

Pris dans ma propre erreur, il m’est impossible d’envisager un point de vue différent, surtout si j’ai l’impression de voir l’erreur de mon voisin. Une fois que j’envisage la possibilité qu’il ne s’agit pas d’une question de bien et de mal, mais de deux points de vue différents, je commence non seulement à comprendre mon voisin, mais aussi à me voir objectivement, ce qui est l’objectif fondamental des groupes Gurdjieff.

[GURDJIEFF] Les autres membres du groupe lui servent de miroirs dans lesquels il se voit. Mais, bien sûr, pour se voir dans les défauts des autres et non pas seulement pour voir les défauts des autres, un homme doit être très vigilant et très sincère avec lui-même. ii

Moses Shadow Puppet
BePeriod Exodus Performance du théâtre d’ombres| Hollande 2023

Responsabilité du groupe

[GURDJIEFF] Dans un groupe, tous sont responsables les uns des autres… Le succès de l’un est le succès de tous. L’échec de l’un est l’échec de tous. ii

Le développement personnel suit un schéma dans lequel les efforts qui ouvrent la porte à un niveau gardent la porte fermée au niveau suivant. Au début de notre travail (et pendant assez longtemps), bien que nous soyons membres d’un groupe, nous devons être entièrement préoccupés par nos propres progrès. Nous devons continuer à acquérir de nouvelles connaissances, à nous efforcer de comprendre, à nous observer et à essayer d’introduire la mémoire de soi dans les différents domaines de notre journée. Seule cette persistance crée l’intensité intérieure nécessaire pour progresser dans le travail.

Cependant, peu à peu, cette préoccupation pour notre travail intérieur se retourne contre elle-même. Elle devient une autre dimension de notre préoccupation à l’égard de nous-mêmes, ce « moi » dont nous espérions nous libérer lorsque nous avons été attirés pour la première fois par le travail intérieur. Nous nous retrouvons dans la position impossible de devoir sauter par-dessus nos propres genoux. Cela marque une pause dans notre première ligne de travail, car plus nous faisons d’efforts dans cette direction, plus nous aggravons le problème.

Group Discussion
Discussion de groupe

Le travail de groupe joue un rôle déterminant dans cet intervalle. Nous sommes attirés par l’idée d’aider les autres, car c’est le seul moyen d’utiliser nos gains dans le travail pour quelque chose de désintéressé. Mais le désir d’aider ne peut véritablement se manifester qu’à ce moment-là, pas avant. Et lorsqu’il apparaît véritablement, nous sommes amenés à aider les autres membres du groupe avec autant d’enthousiasme que nous avons été amenés à nous aider nous-mêmes à l’origine.

[COLLIN] Le travail de groupe n’est possible que si un petit groupe en son sein prend plus de responsabilités, travaille plus dur, est plus exigeant envers lui-même que les autres. Ce petit groupe n’est à son tour possible que si un ou deux d’entre eux prennent encore plus de responsabilités, poussent plus loin vers le but, pressent plus fort sur les talons de leur professeur et ouvrent ainsi la voie. iv

Group Online Workshop
Atelier en ligne

Troisième ligne de travail dans les groupes Gurdjieff

La partie V du documentaire Seeker of Truth montre comment la quatrième voie diffère des trois voies traditionnelles. Les groupes du type de ceux que Gurdjieff a réunis à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle n’ont jamais fonctionné exclusivement pour l’éducation de leurs membres. Ils ont toujours canalisé leurs efforts vers une entreprise extérieure. Une fois cet objectif atteint, ou si l’effort échoue, Gurdjieff dissout ses groupes. Ces tâches extérieures ont toujours été une caractéristique des groupes de la quatrième voie, inhérente à leur bon fonctionnement.

Si les efforts personnels de chaque membre du groupe constituent leur première ligne de travail, et que leurs interactions avec les autres membres constituent la deuxième ligne, alors la contribution extérieure du groupe ouvre la possibilité d’une troisième ligne. Les membres du groupe auront naturellement des relations différentes avec cette tâche extérieure. Les nouveaux membres du groupe auront une compréhension théorique de la tâche (si tant est qu’ils la comprennent), tandis que les membres plus expérimentés pourront avoir une relation plus personnelle avec elle. La deuxième ligne de travail permet de combler les lacunes de la première ligne. De même, le fait de travailler ensemble pour accomplir la tâche du groupe oblige chacun de ses membres à réconcilier leurs différences – ou, en d’autres termes, à combler les intervalles dans leur deuxième ligne de travail – en se connectant au but supérieur du groupe.

[GURDJIEFF] Les groupes doivent être reliés à un but dont ceux qui commencent à y travailler n’ont aucune idée et qui ne peut même pas leur être expliqué tant qu’ils n’ont pas compris l’essence et les principes du travail et des idées qui s’y rattachent. Mais ce but vers lequel ils tendent sans le savoir, et qu’ils servent, est le principe d’équilibre nécessaire à leur propre travail. Leur première tâche est de comprendre ce but, c’est-à-dire le but de l’enseignant. Lorsqu’ils ont compris ce but, même si ce n’est pas tout à fait le cas au début, leur propre travail devient plus conscient et, par conséquent, peut donner de meilleurs résultats.ii

Les groupes de Gurdjieff

[BENNETT] Gurdjieff a certainement utilisé le groupe comme technique d’enseignement… [Il] a fait de la notion de groupe un élément central… Il parlait de trois lignes de travail : le travail pour soi, le travail pour le groupe et le travail pour l’enseignant ou le travail pour le Travail. Gurdjieff a toujours utilisé sensiblement les mêmes méthodes de groupe. v

Group Work

Les chercheurs de vérité

Le premier groupe de Gurdjieff est celui des Chercheurs de vérité. Créé à la fin des années 1800, le groupe ne compte que trois membres selon certains témoignages, et jusqu’à vingt selon d’autres. Les Chercheurs de Gurdjieff ont pour objectif commun de retrouver la connaissance perdue. Les membres se réunissent périodiquement, puis se dispersent, chacun partant de son côté à la recherche d’enseignements anciens spécifiques. Leurs expéditions s’étendent du Moyen-Orient à l’Extrême-Orient, en passant par l’Asie centrale.

Une entreprise de cette ampleur aurait dû être coordonnée par quelqu’un jouant le rôle d’organisateur ou d’enseignant, bien qu’on ne nous dise jamais explicitement qui est cette personne. Étant donné que l’objectif des Chercheurs n’est pas simplement académique et qu’ils recherchent des connaissances susceptibles de conduire à un véritable changement intérieur, nous pouvons voir comment les trois lignes de travail mentionnées ci-dessus s’appliquent à leurs efforts. La tâche de trouver la Vérité aurait été leur troisième ligne de travail, leurs discussions et comparaisons de leurs découvertes, la deuxième ligne, et les efforts individuels de chaque membre pour appliquer les enseignements qu’ils ont trouvés, leur première ligne de travail.

Nous ne savons pas ce qui pousse les Chercheurs de Vérité à se dissoudre. Peut-être que leur tâche de collecte de la vérité est terminée. Peut-être sont-ils contraints de se dissoudre pour d’autres raisons. Quoi qu’il en soit, au début des années 1900, Gurdjieff met fin à sa période de recherche et commence à enseigner. Selon ses récits autobiographiques, ses premières tentatives sont expérimentales, sans grande attente de résultats. Il étudie la dynamique du groupe de travail, et doit encore trouver un lieu permanent où établir des groupes réguliers.

Initiation of Priestess
Peter Ouspensky
Peter Ouspensky
Jeanne de Salzmann
Jeanne de Salzmann

Les premiers groupes russes

Gurdjieff choisit finalement la Russie pour sa paix et sa prospérité. Il arrive à Moscou en 1912 et commence à rassembler ceux qui deviendront ses premiers étudiants à long terme. Il enseigne principalement sous forme de conférences dans des cafés, mais fait des efforts constants pour établir quelque chose de plus formel et permanent. Nous disposons de récits personnels d’Ouspensky et des De Hartmann, qui évoquent leurs efforts pour appliquer l’enseignement de Gurdjieff, ainsi que les nombreuses discussions qui se développent naturellement entre les membres. Les groupes de Gurdjieff intègrent ainsi la première et la deuxième ligne de travail.

A ce stade, le troisième axe de travail consiste principalement à aider Gurdjieff à établir ses groupes : diffuser l’enseignement et le présenter aux nouveaux membres potentiels. Il est à noter que cette première étape de l’enseignement de Gurdjieff est aussi celle où l’on partage le plus de connaissances théoriques. Les conférences qui forment le livre d’Ouspensky Fragments d’un enseignement inconnu ont lieu à peu près à cette époque et resteront la présentation la plus complète de l’enseignement de Gurdjieff, même si ce dernier continue d’enseigner pendant encore 30 ans.

Institut pour le développement harmonieux de l’homme

La Première Guerre mondiale, suivie de la Révolution russe et de la guerre civile, interrompt la période de paix et de prospérité de la Russie, contrecarrant les efforts de Gurdjieff pour formaliser ses groupes. En 1919, il tente de fonder quelque chose de plus officiel à Tiflis, en Géorgie, sous le nom d’Institut pour le développement harmonieux de l’homme. À cette époque, il a rencontré les De Salzmann, dont l’expérience lui permet d’intégrer les mouvements dans son enseignement et de faire des démonstrations publiques. L’instabilité politique se poursuit, obligeant Gurdjieff et ses élèves à déménager plusieurs fois. Ils s’installent finalement en France, où il fonde en 1922 le Prieuré.

Olga Hartmann
Olga de Hartmann
Thomas de Hartmann
Thomas de Hartmann
Gurdjieff Writing at the Cafe de la Paix
Gurdjieff écrivant au Café de la Paix, à Paris

Les groupes Gurdjieff en France

La forme de l’enseignement de Gurdjieff change avec l’acquisition du prieuré des Basses-Loges à Avon près de Fontainebleau. La responsabilité du financement et de l’entretien d’un domaine influe sur la nature de son travail de groupe. Le château est délabré. Sa restauration devient le véhicule de l’enseignement de Gurdjieff et des efforts de ses élèves. Il donne des conférences occasionnelles et explique certainement beaucoup de choses à ses élèves, mais pas de façon régulière. Les jours et les semaines passent pendant que les étudiants se concentrent sur les tâches routinières de la cuisine, du nettoyage, du jardinage, de la reconstruction et de la réparation. C’est une période d’apprentissage par le travail physique quotidien avec d’autres étudiants, plutôt que par la discussion intellectuelle.

Un élément non fonctionnel que Gurdjieff maintient tout au long de cette période est le développement des Mouvements et de la musique qui les accompagne. Chaque soir, après une longue journée de travail, les élèves se réunissent pour apprendre et pratiquer les danses. Cela permet d’équilibrer la nature fonctionnelle des activités quotidiennes avec la créativité, et sert également un objectif à plus grande échelle. Gurdjieff espère amener son groupe au point où il pourra faire des démonstrations publiques des Mouvements à un niveau professionnel. Cela deviendra son principal moyen d’atteindre les membres potentiels du groupe dans les années à venir, en particulier lorsqu’il entreprendra d’introduire son enseignement en Amérique.

Les groupes dans la dernière partie de la vie de Gurdjieff

Au retour de sa première visite en Amérique, Gurdjieff a un accident de voiture presque mortel qui le laisse gravement blessé. Une longue période de convalescence s’ensuit. Cela aura une incidence sur la forme de son groupe de Travail. Lorsqu’il reprend conscience, il renvoie la plupart de ses élèves, ferme le château et se concentre sur l’écriture… À partir de ce moment, Gurdjieff semble abandonner l’idée d’établir un lieu physique permanent pour le travail de groupe. . Il continuera néanmoins à travailler avec divers groupes jusqu’à la fin de sa vie. Au cours des deux décennies suivantes, il formera et dissoudra des groupes selon les besoins ou les occasions. Par exemple, dans les années 1940, la forme change pour répondre aux circonstances de la guerre et de l’après-guerre à Paris. Gurdjieff organise des dîners d’enseignement dans son petit appartement de la rue des Colonels Renard, qui attireront éventuellement d’anciens et de nouveaux étudiants, en particulier d’Angleterre et d’Amérique. Il ne conduira plus jamais de travail de groupe organisé dans un cadre à l’échelle du Prieuré.

Gurdjieff car

Les groupes de Gurdjieff, modèles de la Quatrième Voie dans les temps modernes

Le caractère des groupes de Gurdjieff a beaucoup varié tout au long de sa carrière. Certains recherchaient la connaissance, d’autres construisaient et entretenaient des résidences permanentes pour des groupes d’étudiants, tandis que d’autres exécutaient les Mouvements en public ou se concentraient sur la traduction et la publication de ses écrits. Ce qui qualifiait un groupe Gurdjieff, ce n’était pas sa forme, mais son esprit intérieur, et le fait qu’il offrait à ses membres la possibilité de s’engager dans trois lignes de travail. Lorsque cet esprit s’est estompé, la forme actuelle a été abandonnée et de nouvelles formes sont apparues. Cela explique l’existence temporaire et la nature changeante des groupes de Gurdjieff.

[COLLIN] Il m’a souvent semblé que toutes les idées de Gurdjieff sur les groupes, consignées dans Fragments d’un enseignement inconnu n’étaient pas tant des directives pratiques à l’intention de ses disciples que le plan général du travail ésotérique pour l’ère à venir. iv

Sources

  1. Vues du Monde Réel par George Ivanovich Gurdjieff
  2. Fragments d’un enseignement inconnu par Peter Deminaovich Ouspensky
  3. La Quatrième Voie par Peter Deminaovich Ouspensky
  4. The Theory of Conscious Harmony par Rodney Collin Smith
  5. Gurdjieff : Faire un Nouveau Monde par John Godolphin Bennett

En 2022/4, BePeriod va créer un documentaire complet sur George Gurdjieff

George Gurdjieff

Partie I:

Gurdjieff

Gurdjieff on the Three Brains
Gurdjieff on the Three Brains

Partie III:

L’École

Gurdjieff on the Three Brains

Partie IV:

Initiation

Esotericism shown in a Tibetan Mandala