Peter Ouspensky

Peter Ouspensky

Mathématicien et philosophe du 20e siècle

Peter Ouspensky

Mathématicien et philosophe du 20e siècle

Présentation de Peter Ouspensky 

Piotr Demianovich Ouspensky (5 mars 1878-2 octobre 1947) est un philosophe russe qui rejeta la science et la psychologie de son temps, convaincu qu’il devait exister des systèmes de pensée supérieurs. Dans sa jeunesse, il étudia le mysticisme et l’ésotérisme et voyagea beaucoup à la recherche de la sagesse ancienne, sentant que les époques passées en savaient plus que l’époque actuelle. « J’avais l’impression qu’il y avait un mur mort partout », commente-t-il dans l’une de ses premières notes biographiques. « J’avais l’habitude de dire à l’époque que les professeurs tuaient la science de la même manière que les prêtres tuaient la religion.”

Lorsqu’Ouspensky rencontra George Gurdjieff et fut initié à la Quatrième Voie en 1915, il réalisa que la barrière vers la connaissance se trouvait en soi-même ; on ne pouvait pas trouver la vérité sans travailler en même temps à vivre la vérité. La véritable connaissance ne pouvait venir que si l’on était suffisamment préparé à la recevoir. Ouspensky a passé le reste de sa vie à travailler pour faire siens les principes de la Quatrième Voie et les partager avec des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt. Ce faisant, il devint un agent de vérité pour son époque, transportant la sagesse de l’ère pré-guerre jusqu’au milieu du vingtième siècle.

Les premières années d’Ouspensky

Ouspensky est né à Moscou en 1878 dans une famille de la classe moyenne qui se passionnait pour les arts. Dans ses récits autobiographiques, il se décrit comme un être atypique, peu enclin à se comporter comme les autres enfants, et très tôt porté vers des sujets plus matures comme les sciences naturelles. Sa mémoire lucide de ces toutes premières années s’étend jusqu’à l’âge de deux ans :

Peter Ouspensky

Peter Ouspensky

[MAURICE NICOLL] Mais je suis sûr que vous vous souvenez de votre vie bien mieux que je ne me souviens de la mienne, et que votre vie a eu plus de sens.

[OUSPENSKY] Oui, mais pas tout à fait dans le sens où vous l’entendez. J’ai remarqué à quel point vous avez oublié. Dans mon cas, lorsque j’étais enfant, je ne jouais pas avec des jouets. J’avais moins d’imagination. J’ai vu très précocement ce qu’était la vie.¨ i

Maurice Nicoll

Maurice Nicoll

Ces qualités précoces semblent avoir cristallisé dans sa jeunesse à la fois un mécontentement inébranlable à l’égard du système scolaire et, plus tard dans son adolescence, un sentiment inébranlable de désapprobation à l’égard de l’establishment académique et scientifique. L’impulsion de s’approprier personnellement ses études se manifeste dès l’âge de six ans, Ouspensky choisissant d’être autodidacte dans les sciences au lieu de suivre une éducation formelle, avec une fascination particulière pour la théorie de la quatrième dimension.

Derrière cette impulsion, cependant, se trouve la marque plus indélébile laissée sur sa psyché par les expériences répétées de déjà-vu entre Ouspensky et sa jeune sœur, alors âgée de cinq et trois ans, dans lesquelles il raconte comment ils étaient capables de se souvenir de petits événements avant que ceux-ci n’aient eu lieu.

[OUSPENSKY] Comment peux-tu parler à ta mère, à ta grand-mère, de tes vies antérieures, même si tu apprends à parler ? Ils vous enfermeront. Je me souvenais très bien. J’étais très seul. J’ai dû attendre que ma sœur naisse et qu’elle apprenne à parler, trois ou quatre ans peut-être, avant d’avoir quelqu’un à qui parler.

Cela se passait souvent ainsi : elle regardait par la fenêtre et me parlait des gens qu’elle voyait. Il y avait une très bonne combinaison dans notre rue, d’abord le policier, puis le facteur, comme ça. Elle savait qui allait passer au coin de la rue parce qu’elle s’en souvenait.

Elle disait (nous utilisions seulement notre propre langage de bébé) : « Maintenant, il y aura un policier. » Je disais : « Et maintenant, il y aura le percepteur d’impôts », et il venait. Quand nous faisions cela souvent, je lui disais : « Devons-nous le dire à maman, à grand-mère ? » Et la petite soeur disait : « A quoi bon le dire à la mère, à la grand-mère ? Elles ne savent pas, elles ne comprennent rien. »Pensez-y, j’avais 5 ans, elle en avait 3. ii

Peter Ouspensky in Childhood

Ouspensky dans son enfance 

Ces expériences ont sans aucun doute contribué à convaincre très tôt le jeune Ouspensky de l’existence d’une réalité voilée derrière laquelle se trouvait un monde très différent, avec des significations de la vie radicalement différentes de ce que les adultes qui l’entouraient comprenaient habituellement. C’est cette graine inhérente en lui qui s’est exprimée au cours des années ultérieures d’études et de développement personnel, et qui n’a en fait jamais cessé.

[OUSPENSKY] J’ai découvert l’idée de l’ésotérisme, j’ai trouvé un angle possible pour l’étude de la religion et du mysticisme, et j’ai reçu un nouvel élan pour l’étude des « dimensions supérieures ». iii

La renommée d’Ouspensky atteint de nouveaux sommets avec la publication de Tertium Organum, salué comme un chef-d’œuvre dans le traitement du problème des dimensions supérieures, et qui fait de ce jeune homme de 34 ans un philosophe de premier plan. Cependant, ces réalisations mondaines lui ont toujours paru d’un intérêt secondaire, car l’aspiration profonde ancrée dans son caractère depuis l’enfance l’empêchait de se contenter de la banalité. Tout au long de sa vie, Ouspensky insistera constamment sur la nécessité d’accéder directement au miraculeux.

Ouspensky 1912

Ouspensky en 1912

Le succès littéraire d’Ouspensky ne lui fait pas perdre de vue que l’expérience des dimensions supérieures est tout à fait supérieure à l’écriture d’un best-seller sur ces dimensions. Il résolut de rechercher le miraculeux dans la pratique, en entrant en contact direct avec des écoles qui possédaient des connaissances et des méthodes pratiques. C’est ainsi qu’il poursuivit ses recherches.

[OUSPENSKY] Quand je suis parti, je savais déjà que j’allais chercher une ou plusieurs écoles. J’en étais arrivé là depuis longtemps. J’avais compris que les efforts personnels et individuels étaient insuffisants et qu’il était nécessaire d’entrer en contact avec la pensée réelle et vivante qui devait exister quelque part mais avec laquelle nous avions perdu le contact. J’ai compris cela ; mais l’idée même d’école a beaucoup changé au cours de mes voyages, devenant d’une part plus simple et plus concrète et d’autre part plus froide et plus distante. J’ai envie de dire que les écoles ont perdu une grande partie de leur caractère de conte de fées. iv

Rencontre avec Gurdjieff

De 1913 à 1914, Ouspensky voyage à la recherche d’une école, la majeure partie de son temps étant consacrée à l’Inde. Et bien qu’il réussisse à obtenir une meilleure compréhension des types d’écoles qui existent, il n’est pas près d’en découvrir une qui corresponde à sa recherche. Il avait prévu de
poursuivre ses recherches au Moyen-Orient, mais le voyage est écourté par l’éclatement de la Première Guerre mondiale, qui l’oblige à rentrer chez lui.

Peu après son retour dans une Russie politiquement agitée, Ouspensky organise des conférences pour partager ce qu’il avait découvert en Inde, dans le but de rassembler des personnes partageant les mêmes idées et intéressées par la science. Lors d’une de ces conférences, tenue à Moscou, il est approché par deux élèves de Gurdjieff, qui l’informent de l’existence d’un groupe engagé dans des recherches et des expériences occultes. Ils l’invitent à rencontrer leur maître.Bien qu’Ouspensky ait eu une première impression négative de cette perspective et qu’il ait répondu avec désintérêt, il accepte la rencontre après l’insistance de l’un des élèves.

Peter Ouspensky

Gurdjieff (1908-1910?)

[OUSPENSKY] Au printemps 1915, j’ai rencontré à Moscou un homme étrange qui avait une sorte d’école philosophique. Il s’agissait de George I. Gurdjieff. Lui et ses idées ont produit une très grande impression sur moi. Très vite, je me suis rendu compte qu’il avait trouvé beaucoup de choses que j’avais cherchées en Inde. J’ai réalisé que j’avais rencontré un système de pensée entièrement nouveau, dépassant tout ce que je connaissais auparavant.  Ce système jetait une lumière nouvelle sur la psychologie et expliquait ce que je n’avais pas pu comprendre auparavant dans les idées ésotériques et les « principes d’école ». iii

[OUSPENSKY] Dans ses explications, je sentais l’assurance d’un spécialiste, une analyse très fine des faits, et un système que je ne pouvais pas utiliser à ma guise mais en présence duquel je pouvais déjà resentir, car les explications de Gurdjieff me faisaient penser non seulement aux faits discutés, mais aussi à beaucoup d’autres choses que j’avais observées ou conjecturées. iv

[OUSPENSKY] J’ai vu sans hésitation que dans le domaine [la psychologie] que je connaissais mieux que tout autre et dans lequel je pouvais vraiment distinguer l’ancien du nouveau, le connu et l’inconnu, Gurdjieff en savait plus que toute la la science européenne prise dans son ensemble. v

 

Maurice Nicoll

Gurdjieff et Ouspensky vers 1915

Ouspensky a immédiatement reconnu en Gurdjieff la qualité d’enseignant et d’école qui lui avait échappé tout au long de ses études personnelles et de ses recherches à l’étranger. Il aida bientôt à former le premier groupe de Saint-Pétersbourg tandis que Gurdjieff s’y rendait régulièrement  depuis Moscou, et il devint membre du cercle restreint de Gurdjieff pendant plusieurs années, jouant un rôle clef dans l’établissement de l’école depuis la révolution russe jusqu’à la création de l’institut de Fontainebleau​.

Les souvenirs d’Ouspensky sur cette période ont été méticuleusement documentés dans son livre Fragments d’un enseignement inconnu, publié à titre posthume et largement considéré comme une introduction magistrale aux enseignements de Gurdjieff.

La rencontre avec le miraculeux

La vie d’Ouspensky est bouleversée à jamais au cours de l’été 1916, lorsqu’il se retrouve plongé dans une semaine de miracles. Au sein d’un petit groupe d’élèves proches de Gurdjieff, dans une maison de campagne en Finlande, son travail intérieur s’intensifie jusqu’à atteindre un point d’inflexion. La combinaison d’exercices personnels et collectifs cultive en lui un état de tension émotionnelle accru, jusqu’au choc de s’engager dans des conversations télépathiques avec Gurdjieff.

[OUSPENSKY] Tout a commencé lorsque j’ai commencé à entendre ses pensées. Nous étions assis dans une petite pièce au sol en bois sans tapis, comme cela se fait dans les maisons de campagne. J’étais assis en face de G., et les docteurs S. et Z. se trouvaient de part et d’autre. G. a parlé de nos « caractéristiques », de notre incapacité à voir ou à dire la vérité. Ses paroles m’ont beaucoup troublé. Et soudain, j’ai remarqué que parmi les mots qu’il nous disait à tous, il y avait des « pensées » qui m’étaient destinées. J’ai saisi l’une de ces pensées et j’y ai répondu, en parlant à haute voix de la manière habituelle. G. m’a fait un signe de tête et s’est arrêté de parler. Il y a eu une pause assez longue. Il est resté assis sans rien dire. Au bout d’un moment, j’ai entendu sa voix à l’intérieur de moi, comme dans la poitrine, près du cœur. Il m’a posé une question précise. Je l’ai regardé ; il était assis et souriait. Sa question a provoqué en moi une très forte émotion. Mais je lui ai répondu par l’affirmative.iv

Ouspensky se rend compte que cet état de tension inhabituelle est la clé de toute perception supérieure, et qu’il est impossible d’étudier les phénomènes supérieurs sans cette étrange émotion comme condition préalable. Cette découverte à la fois subjective et extraordinaire est la réponse à sa recherche du miraculeux, contextualisant l’enseignement de Gurdjieff jusqu’à ce moment comme ayant préparé le terrain pour cette découverte.

[OUSPENSKY] Il y a quelque chose dans les phénomènes d’un ordre supérieur qui exige un état émotionnel particulier pour leur observation et leur étude. Et cela exclut toute possibilité d’expériences et d’observations en laboratoire « correctement menées.iv

[OUSPENSKY] Cet état, qui est émotionnel, est précisément ce que nous ne comprenons pas, c’est-à-dire que nous ne comprenons pas qu’il est indispensable et que les faits ne sont pas possibles sans lui.iv

[OUSPENSKY] Il est nécessaire de créer une certaine énergie ou point particulier (en l’utilisant dans le sens ordinaire), et cela ne peut être créé qu’à un moment de stress émotionnel très intense. Tout le travail pour le Travail n’est qu’une préparation à la méthode.vi

Les miracles ne s’arrêtent pas en Finlande, mais se poursuivent pendant des semaines, au cours desquelles Ouspensky rencontre des « personnes endormies » qui passent devant lui dans la rue, une perception supérieure qu’il observe durer aussi longtemps qu’il ne s’endort pas lui-même.  Alors que ces faits d’un ordre supérieur sont d’une valeur incommensurable pour lui, la tension inhabituelle qui accompagne l’expérience est constante et souvent difficile à supporter.

[OUSPENSKY] Comment s’en débarrasser ? Je ne peux plus le supporter.

[GURDJIEFF] Voulez-vous dormir?

[OUSPENSKY] Certainement pas.

[GURDJIEFF] Alors qu’est-ce que vous demandez ? C’est ce que vous vouliez, utilisez-le. Vous ne dormez pas en ce moment! iv

Quitter Gurdjieff

Au cours de l’été 1917, Gurdjieff réunit treize de ses étudiants dans une petite maison à la périphérie d’Essentuki, une ville située au pied des montagnes du Caucase, en Russie. Le groupe suit pendant six semaines un programme épuisant, nuit et jour, qu’Ouspensky décrit comme profondément significatif pour sa compréhension de la connaissance et des méthodes pratiques de l’enseignement de Gurdjieff.

Puis, brusquement, à la suite d’un incident impliquant l’un de ses élèves les plus âgés, Gurdjieff annonce que le groupe est dissous et que tout le travail est abandonné.

[OUSPENSKY] Et soudain tout a changé. Pour une raison qui me parut accidentelle et qui résultait de frictions entre certains membres de notre petit groupe, Gurdjieff annonça qu’il dispersait tout le groupe et qu’il arrêtait tout travail.iv

[OUSPENSKY] Tout cela m’a beaucoup surpris. Je considérais que le moment était très mal choisi pour « agir », et si ce que disait Gurdjieff était sérieux, alors pourquoi toute cette affaire avait-elle commencée ? Pendant cette période, rien de nouveau n’était apparu en nous. Et si Gurdjieff avait démarré le Travail avec nous tels que nous étions, pourquoi l’arrêtait-il maintenant?iv

 

Le degré de choc, de confusion et de déception a naturellement un effet dramatique sur le groupe, mais chez Ouspensky, il sème également la désillusion à l’égard de Gurdjieff, l’obligeant à partir de ce moment à commencer à faire la distinction entre le maître et l’enseignement.

[OUSPENSKY] Et je dois avouer que ma confiance en Gurdjieff commença à vaciller à partir de ce moment. Il m’est difficile de définir aujourd’hui ce dont il s’agit et ce qui m’a particulièrement provoqué. Mais le fait est qu’à partir de ce moment, j’ai commencé à faire une séparation entre Gurdjieff lui-même et ses idées. Jusqu’alors, je ne les avais pas séparées.iv

Le fossé continue de se creuser lorsqu’Ouspensky refuse deux invitations à rejoindre Gurdjieff à Tiflis en 1919 et à participer aux débuts de son « Institut pour le développement harmonique de l’homme ». Ouspensky n’est pas impressionné par la nature de son institution.

[OUSPENSKY] Gurdjieff était évidemment obligé de donner une forme extérieure à son travail en tenant compte des conditions extérieures, mais je n’étais pas très enthousiaste quant au programme de l’Institut pour le développement harmonique de l’homme… dont la forme extérieure était un peu de l’ordre de la caricature. iv

Prospectus of Gurdjieff's School

Prospectus de l’Institut pour le développement harmonique de l’homme (vers 1919)

La rupture n’est pas immédiate mais se marque progressivement par une série d’événements à Constantinople, Londres et Paris. Ouspensky s’efforce à plusieurs reprises de reprendre le travail avec son ancien maître, pour en revenir au même constat que c’est impossible. Une fois que Gurdjieff a établi le Château du Prieuré en France, et suite à son accident de voiture presque fatal en 1924, Ouspensky rompt complètement les liens avec lui.

[OUSPENSKY] Je vous ai demandé de venir parce que je dois vous dire que j’ai décidé de rompre toute relation avec Mr. Gurdjieff. Cela signifie que vous devez choisir. Soit vous allez travailler avec lui, soit vous travaillez avec moi, mais si vous restez avec moi, vous devez vous engager à ne communiquer en aucune façon avec Mr. Gurdjieff.vii

[OUSPENSKY] Quand j’ai rencontré Gurdjieff, j’ai commencé à travailler avec lui sur la base de certains principes que je pouvais comprendre et accepter. Il disait : « Tout d’abord, vous ne devez pas croire quoi que ce soit, et ensuite vous ne devez pas faire quoi que ce soit que vous ne comprenez pas ». Je l’ai accepté pour cette raison. Puis, après deux ou trois ans, je l’ai vu aller à l’encontre de ces principes. Il exigeait des gens qu’ils acceptent ce qu’ils ne croyaient pas et qu’ils fassent ce qu’ils ne comprenaient pas. Je n’ai pas la prétention de proposer une théorie pour expliquer ce qui s’est passé. v

[OUSPENSKY] Question : Vous est-il arrivé de regretter d’avoir rencontré Gurdjieff?

Ouspensky: Jamais. Pourquoi ?Je lui dois énormément. Je suis toujours très reconnaissant à moi-même de lui avoir demandé, après la première soirée, quand je pourrais le voir la prochaine fois. Si je ne l’avais pas fait, nous ne serions pas assis ici aujourd’hui.

Question: Mais vous avez écrit deux livres très brillants.

Ouspensky: Ce n’étaient que des livres. Je voulais plus. Je voulais quelque chose pour moi-même. v

L’école Ouspensky

Lorsque Ouspensky arrive à Londres en août 1921, il est accueilli par la popularité de la traduction anglaise de Tertium Organum, qui, à son insu, a été publiée un an plus tôt à New York et en Angleterre. Certains membres importants des cercles intellectuels londoniens trouvent son travail fascinant et, grâce à leur influence et à leur soutien financier, il dispose d’une tribune pour exposer l’enseignement de Gurdjieff.

La rupture définitive avec Gurdjieff en 1924 marque le moment où Ouspensky décide de fonder sa propre école indépendante. Mais en dépit de son accès à d’amples ressources matérielles et à une audience  réceptive, il freine intentionnellement sa croissance au cours des années 1920, limitant le nombre d’étudiants admis, et consacre la majeure partie de son temps à ses publications, incluant souvent le groupe londonien dans le processus de rédaction.

[OUSPENSKY] Le système attend des travailleurs. Il n’y a pas d’énoncé ou de pensée qui n’exige et n’admette un développement et une élaboration ultérieurs. Mais il y a de grandes difficultés à former des gens pour ce travail, car une étude intellectuelle ordinaire du système est tout à fait insuffisante ; et il y a très peu de gens qui acceptent d’autres méthodes d’étude et qui sont en même temps capables de travailler selon ces méthodes.viii

 

Les années 1930 marquent le début d’un nouveau climat d’expansion. Ouspensky publie Un nouveau modèle de l’univers en 1931, les restrictions sont levées, ce qui permet à davantage d’étudiants de rejoindre l’école, et des propriétés plus grandes sont obtenues où ils peuvent vivre et travailler ensemble. La ferme de Lyne Place est achetée en 1935, et Colet Gardens à Londres en 1938, ce qui entraîne la création de la forme extérieure de l’école, la « Société historico-psychologique ».

La constitution de la société définit les principaux objectifs de l’école d’Ouspensky:

L’étude des problèmes de l’évolution de l’homme et en particulier de l’idée de psycho-transformisme.
L’étude des écoles psychologiques dans différentes périodes historiques et dans différents pays, et l’étude de leur influence sur le développement moral et intellectuel de l’humanité.
Investigation pratique des méthodes d’étude et de développement de soi selon les principes et les méthodes des écoles psychologiques.
Travail de recherche dans l’histoire des religions, de la philosophie, de la science et de l’art dans le but d’établir leur origine commune lorsqu’elle peut être trouvée et les différents niveaux psychologiques dans chacun d’entre eux.
ix

Alors que l’école prend de l’ampleur avec des activités et des projets plus ambitieux – ses étudiants sont maintenant plus de mille – la guerre s’intensifie en Europe, ce qui oblige Ouspensky à interrompre brusquement tous les travaux de l’école en 1939 et prendre la décision de s’installer aux États-Unis. En 1941, il commence à tenir des réunions à New York, et Franklin Farms, une grande maison et domaine dans le New Jersey, est acquis l’année suivante pour lui servir de nouvelle maison et de centre d’enseignement pour les étudiants qui l’ont suivi depuis l’Angleterre et pour les étudiants américains qu’il attirera.

 

Abandon du système

Au printemps 1946, à 68 ans, la santé d’Ouspensky s’est rapidement détériorée en raison d’une maladie chronique des reins. Au cours de l’été, il donne ses dernières conférences à New-York pour annoncer à ses étudiants américains la nouvelle regrettable qu’il va partir pour l’Angleterre et confier la continuité de l’école de Franklyn Farms à Madame Ouspensky.

Le 23 janvier 1947, Ouspensky retourne en Angleterre et donne six conférences à Colet Gardens, de février à juin, devant un public de plus de 300 personnes. La vue de sa santé très diminuée prend ses étudiants anglais au dépourvu, éclipsée seulement par un comportement radicalement modifié qui ne correspond pas au professeur dont ils se souviennent.

[QUESTION] Souhaitez-vous que nous poursuivions le programme que vous nous avez donné en 1940 ?
[OUSPENSKY] Programme ? Je ne sais pas. Quel programme ?
[QUESTION] Le programme que vous avez donné en 1940.
[OUSPENSKY] Non, je ne me souviens pas.
[…]
[QUESTION] Nous avons essayé de suivre l’enseignement que vous nous avez donné il y a des années.
[OUSPENSKY] Je n’ai pas donné d’enseignement.
[QUESTION] Vous nous avez dit certaines choses pour nous aider.
[OUSPENSKY] Vous ne comprenez pas.
[QUESTION] Où pouvons-nous commencer à travailler maintenant ?
[OUSPENSKY] Je vais voir ce que vous voulez savoir et par où vous voulez commencer, puis nous verrons la première étape, et peut-être trouverons-nous la deuxième étape. Nous ne connaissons pas la première étape, c’est la question. Il faut s’en souvenir.
x

[QUESTION] Voulez-vous dire, M. Ouspensky, que vous avez abandonné le Système?”
[OUSPENSKY] Il n’y a pas de Système.xi

Ouspensky produit une confusion extraordinaire, se faisant passer pour un étranger qui n’offre aucune référence ou lien avec l’enseignement qui a été la base centrale de son identité et de sa profession pendant plus de deux décennies. Il est laconique dans chacune de ses réponses, refusant de parler le jargon de l’enseignement, et rejette toute notion d’objectif commun, renvoyant au contraire ses interlocuteurs à eux-mêmes, à leur position personnelle, comme point de départ.

L’auditoire est divisé entre ceux qui considèrent le spectacle comme une preuve de la détérioration de son état, tandis que d’autres y voient la démonstration d’une sincérité plus profonde. Certains vont même jusqu’à y voir une invitation à se libérer de la forme d’enseignement connue sous le nom de « système », qui, après tant d’années, s’est imposée comme un fardeau pour leur compréhension future.

[OUSPENSKY] Il faut recommencer. Vous devez prendre un nouveau départ. Vous devez tout reconstruire pour vous-mêmes – depuis le tout début. xii

[OUSPENSKY] Oui, j’ai dit abandonner, pas détruire. xiii

Les derniers jours d’Ouspensky

Au cours de l’été 1947, Ouspensky se retire à Lyne Place avec un petit cercle d’adeptes et entreprend une série d’excursions vers des lieux importants de sa vie en Angleterre, dans le but apparent de retracer et de reconstruire sa mémoire de tous les épisodes auxquels ils sont liés. Ceux qui se joignent à Ouspensky lors de ces voyages les considèrent comme une expédition qui exige d’eux qu’ils s’efforcent continuellement d’assembler le sens de ses indices énigmatiques afin de naviguer.

[OUSPENSKY] Quel est cet endroit​?

[MISS P] Lyne Place.

[OUSPENSKY] À quoi est-il lié?

[MISS P] Il est relié à tout.

[OUSPENSKY] C’est ça – exactement. xiii

Le 4 septembre 1947, de nombreux préparatifs sont en cours des deux côtés de l’Atlantique pour le retour d’Ouspensky en Amérique, les gens de Lyne Place organisant son départ tandis que ceux de Franklyn Farms se préparent à son arrivée. Pourtant, au moment d’embarquer, Ouspensky annule tout le voyage et demande à retourner à Lyne Place, une décision qui révèle immédiatement qu’il avait prévu de le faire depuis le début​​.

[OUSPENSKY] Vous savez que je n’ai jamais eu l’intention d’aller en Amérique – pas une minute.xiii

Ce renversement soudain des plans laisse place à une séquence d’événements extraordinaires et étranges dans lesquels les compagnons d’Ouspensky s’habituent à rencontrer une acceptation quasi inconditionnelle, quelle que soit l’originalité de la demande ou le caractère déraisonnable de l’exigence. Il oblige la maisonnée à rompre avec toutes les routines, confondant le jour et la nuit, poursuivant la chasse au trésor à travers l’Angleterre, tout en faisant preuve d’une étonnante maîtrise de la volonté sur son état de santé fragile et gravement affaibli​.

[OUSPENSKY] Comprenez-vous que tout ne peut se faire que par l’effort, ou pensez-vous que les choses peuvent se faire d’elles-mêmes?xiii

[ÉTUDIANT] Comment trouver le vrai « moi »?
[OUSPENSKY] En s’imposant des exigences. Je vous montre le chemin.
xiii

Ceux qui font partie de son cercle intime racontent que des phénomènes surnaturels se produisent continuellement au cours de ces derniers jours. Ils attribuent à Ouspensky la faculté d’orchestrer les gens et les événements au moyen de la télépathie, la façon dont il est capable d’induire des conditions et des scénarios spéciaux comme s’il dirigeait et produisait une représentation théâtrale avec sa propre mort consciente comme intrigue centrale, et par laquelle chacun de ses pairs, à travers le rôle qu’il joue, est instruit sur l’avenir de son propre travail personnel​.

[OUSPENSKY] Ce n’est pas une répétition générale. Ce n’est pas un miracle. Il s’agit d’une préparation à la préparation d’un miracle.xiii

Ouspensky meurt le 2 octobre 1947 à Lyne Place, et ceux qui l’accompagnent à la fin ont la conviction inébranlable qu’il a continué à avancer, dans l’esprit de son adhésion de toute une vie à la théorie de la récurrence, pour se retrouver une fois de plus nouveau-né à Moscou le 5 mars 1878. La conception consciente de cette période finale témoigne de l’incarnation de l’enseignement auquel il a consacré sa vie.

[OUSPENSKY] Pensez à la mort. Vous ne savez pas combien de temps il vous reste. Et rappelez-vous que si vous ne devenez pas différent, tout se répétera à nouveau, toutes les maladresses, toutes les erreurs stupides, toutes les pertes de temps et d’opportunités – tout se répétera à l’exception de la chance que vous avez eue cette fois-ci, car la chance ne se présente jamais sous la même forme​.xiv

Sources

  1. Commentaires psychologiques de Maurice Nicoll 
  2. Conversation d’Ouspensky avec Gerard Palmer (1946)
  3. Note autobiographique
  4. Fragments d’un enseignement inconnu, de Peter Deminaovich Ouspensky
  5. Collection commémorative P.D. Ouspensky, Bibliothèque commémorative Sterling, Université de Yale
  6. A Further Record, par Peter Deminaovich Ouspensky
  7. Témoin, par John Bennett
  8. Fragments d’un enseignement inconnu (manuscrit de 1926) de Peter Deminaovich Ouspensky 
  9. La Constitution, les objets et l’organisation de la Société Historico-Psychologique
  10. 24 février 1947, Colet Gardens 
  11. 21 mai 1947, Colet Gardens
  12. La théorie de l’influence céleste par Rodney Collin
  13. Derniers souvenirs d’un magicien par Rodney Collin et Francis Roles
  14. Conscience : la recherche de la vérité, de Peter Deminaovich Ouspensky

En 2022/24, BePeriod va créer un documentaire complet sur George Gurdjieff

George Gurdjieff

Partie I:
Gurdjieff

Gurdjieff on the Three Brains
Gurdjieff on the Three Brains

Partie III:
L’École

Gurdjieff on the Three Brains

Partie IV:
Initiation

Esotericism shown in a Tibetan Mandala